Combat aérien, crash
Mlle ? de Chalindrey
M. ? de Torcenay
Combat aérien, crash
sites partenaires
vue aérienne

COMBAT AERIEN ,CRASH (ND 859)

.Claude hart est né à Grantham dans le Lincolnshire en décembre 1922.
Il s'engage d'abord à Grantham et est basé à Aveling Barford comme apprenti assembleur puis dans la RAF en 1942(aviation anglaise).

A son retour en Angleterre, il passe son temps dans diverses stations de la RAF dont Fraserburgh, Lindholme et Holmswen.
Le 27 mai 1944, il rejoint le 576ème escadron. Lui et son équipe accomplissent quatorze missions avec succès dans le ND 589 (n°de l'avion) avant d'être tués en mission dans la nuit du 12 au 13 juillet 1944 durant le bombardement de Revigny et de Culmont Chalindrey en France. Pendant la mission du 12 juillet 1944, 10 Lancaster comprenant 41 membres d'équipage ont été perdus dans ce qui semble avoir été un certain chao et une certaine confusion.
Revigny est situé sur la ligne de chemin de fer qui va à Strasbourg, cette ligne est un carrefour avec une ligne nord sud très importante. Cela signifie que cette zone est stratégiquement importante pour les allemands qui utilisent les lignes pour le transport de marchandises. Les raids de la RAF visaient la jonction ferroviaire de Revigny et les chantiers généraux. Cependant, les conditions météo et la défense allemande fixe (DCA) firent que ces opérations s'accomplirent à grand coût (grande perte).
Le mauvais temps fut responsable de l'annulation du raid 4 fois avant que l'on ne décide d'y aller le jour fatidique du mercredi 12 juillet 1944. En plus des 107 Lancaster du premier groupe pour le raid de Revigny, 114 Lancaster furent désignés tardivement pour un raid sur le chantier principal de Tours.
Le raid du premier groupe était combiné avec l'attaque du 5ème groupe (157 appareils) sur le chantier (dépôt) de Culmont Chalindrey à approximativement 60 miles (96 Km) au sud de Revigny.
Revigny et Culmont Chalindrey étaient un raid de nuit. Les tactiques de diversion anglaise sont très réussies. Elles attirent les pilotes allemands vers le nord.
Il était presque 1 H 00 avant que les bombardiers anglais tombent sous les attaques des BF110 allemands, dont une unité était à SAINT DIZIER à 24 Km de la cible REVIGNY
Pendant ce temps les pilotes allemands de SAINT DIZIER arrivent et les autres chasseurs allemands qui ont été dispersés vers le nord font demi-tour. Le 1er groupe de bombardiers Lancaster se trouve à REVIGNY et le 5eme groupe sur CULMOMT CHALINDREY
Mais pour le 1er groupe de REVIGNY, les conditions météo sont mauvaises il n'y a pas une bonne visibilité en plus la radio du chef de groupe des bombardiers tombe en panne lorsqu'ils sont au dessus de l'objectif ce qui marque le début du désastre
Les principaux équipages tournaient au dessus d'un ensemble de point illuminés par les balises larguées par le service spécial de vol, les bombardiers attendaient l'ordre de bombarder. Quelques équipages ont entendu un ordre de "retour à la base" du suppléant et commandant de bombardement cette ordre de retour fut exécuté par 50 équipages (avion) alors que le reste des équipages n'ont pas entendu cet ordre ou ne sont pas convaincus par l'origine de se message mais ils ont continué leurs attaques dans toutes les directions avec un succès limité
Un second ordre d'abandon de mission a été lancé vers 2h00
La multiplication des crashes et des chutes d'avion (5 par la d.c.a), car depuis le début de la mission 9 Lancaster a été abattue avec leurs 51 membres d'équipages
L’officier pilote HART et son équipage du ND 859 est probablement les 10 ème et dernières pertes de cette malheureuse nuit leurs traces ont été retrouvées plus tard sur des documents allemands comme crashé à 2h00 du matin.
Il apparaît que le ND 859 s'est égaré au sud de la voie ferrée de REVIGNY d'ont on attribue à une erreur de navigation.
ainsi le mitrailleur arrière de l'avion survivant du crash à donné un compte rendu détaillé des évènements du crash.le ND 859 à été attaqué par un JU 88 allemand et à été mis hors de cause lors de la tentative d'évasion.
PETER KEELER décrit les derniers moments ainsi.
""comme je m'en rappelle tout allait relativement bien jusqu'a ce que nous arrivions à la cible ou une grosse formations de nuages qui signaient sur la totalité de la surface de l'objectif, sous une altitude de 2000 pieds (660m).le groupe entier de Lancaster tournaient au dessus de l'objectif de REVIGNY en perdant de l'altitude et en essayant de se sortir des nuages.aucun ordre du chef bombardier pendant cette descente ,nous somme témoins de la collision de 2 Lancaster qui explose et s'éparpillent au dessus de l'objectif.nous arrivions en dessous des nuages mais toujours aucun ordre de la part du maître bombardier, on entendaient beaucoup de bavardage puis de la colère , des différant équipages ,quand nous avons entendu l'ordre d'abandonner l'attaque sur la radio mais le problème étais que nous avions encore nos bombes à bords des 50 avions.en faisant demis tours nous volions en direction de SAINT.DIZIER et j'ai pu voir décoller un ju 88 de la piste qui était toute éclairé peu de temps après j'ai vu un Lancaster touché qui se trouvait sur notre gauche.j'étais en train de parler de tout cela à JOE quand une balle traçante est venue dans notre direction.j'ai crié sur JOE comme un malade ,puis tiré à la mitrailleuse mais l'avion à piqué du nez et nous somme tombés à l'avant de l'appareil.à l'interphone on nous appelaient il y avait un problème à l'aile droite ,j'ai supposé que les réservoir d’essence était déjà en feu,à ce point je monte dans la tourelle supérieur pour voir si CLIFF GLENNY savait se qui se passe ,il était obligé de sortir de sa tourelle et je lui dit qu'ont t'ils les pilotes?
Il me répond qu'il sont mort et qu'il faut sauter par l'arrière "

Mais il y à aussi comme suggestion ??? que le nd 859 était impliqué dans la collision avec un autre Lancaster LM 638 (squadron 44) qui était engagé dans le raid de CULMONT.CHALINDREY .de plus ample études et recherches détaillées sur les altitudes et le minutage place le ND 859 atteint 1000 pieds (330m)pendent que le LM 638 avait percuté lui à 7000 ou 8000 pieds (2300;2600m) , il est possible que la collision du LM 638 avait eu lieu avec un avion du raid de CHALINDREY LM 221 (9ém squadron ) qui s'est écrasé à COURS L'EVEQUE tuant tout sont équipage (age moyen 22 ans) , et cela au même moment que le ND 859
Le chemin exact des évènements ne sera jamais connu.
Après le saut en parachute de GLENEY et KEELER l'avion (ND 859) continua son vol sur sa trajectoire et son niveau initial sur près de 10 Km et finalement se crash avec son chargement complet de bombes dans un bois à environ 2km de GIEY sur AUJON, tuant le pilote officier HART et les 4 membres d'équipage.
Les sergents GLENEY et KEELER sont sauf et évite la capture pour peut de temps.
Un instituteur de GIEY MAX DUVILLE qui dans un exemple de bravoure qui lui coûtera la vie donne aux allemands de fausse indication sur crash et les envoient sur une mauvaise piste des survivants.
Mais les allemands reviennent le jour suivant et exécute MAX DUVILLE pour trahison.
Les aviateurs décédés sont enterrés par les villageois, dans le cimetière du village ou leurs tombes sont entretenues par la commission des tombes du COMMONWENLTH.
Quand aux 2artilleurs le sergent GLENNY et le sergent KEELER ont été capturé et emprisonné, jusqu’à la fin de la guerre
GLENNEY est mort en 1999
Au canada.
KEELHER vit toujours en 2005 en Australie.

avion Lancaster

avion JU 88S - sergent E Mitchell RAFVR

lacroix.torcenay
13/01/05